Le Marais à Paris

Irresistible Marais du XVII siècle

Habitants et évènements illustres au Marais à l' âge d’or

Cette visite guidée vous amène dans l’irrésistible Marais du XVII siècle à travers ses illustres habitants, son patrimoine architectural exceptionnel et des faits divers qui ont créé la renommée du quartier.

A l’aube du Grand Siècle, le Marais  n’est qu’un faubourg abandonné où il faut se rendre péniblement en carrosse. Endommagé par des canons au cours des Guerres de Religion, dépouillé de ses splendides résidences royales de Saint-Paul et de Tournelles, il ne s’associe aux yeux des Parisiens qu’avec ce macabre souvenir du tragique tournoi d’Henri II.

Mais l’entreprenant roi de France Henri IV voit les choses autrement : la création à son instigation de la Place Royale balaye le triste passé et sort le Marais de l’ombre. Désormais c’est un lieu de commerce et de promenade où le Tout Paris se presse.

Arrêtons-nous sur la Place Royale. En étant encore en chantier, elle est déjà convoitée par la noblesse de robe et d’épée, chacun y veut son pavillon en brique rouge. Les Coulanges s’y installent au N 1bis et la future Madame de Sévigné y voit le jour le 6 février 1626. Plus tard, devenue la « première dame du Marais » elle acquit l’Hôtel Carnavalet où elle passera 22 ans de sa vie en écrivant ses fameuses lettres, un précieux témoignage sur son époque.

Nous passerons devant les somptueux et richissimes édifices en pierre qui apparaissent dans le Marais au XVII siècle: l’hôtel de Sully, demeure de Maximilien de Béthune, duc de Sully, fidèle serviteur d’Henri IV,  l’église Saint-Louis-des-Jésuites fraîchement construite où le célèbre prêcheur Louis Bourdalou appelle, en vain, aux mœurs ! N’oublions pas l’enclos disparu des Minimes qui rayonnait dans le Marais par son ambiance intéllectuelle, car ses religieux étaient férus de la science.

Ensuite, nous passerons devant la maison de la scandaleuse courtisane Ninon de Lenclos, 36 rue des Tournelles où elle a vécue 48 ans. Parmi ses voisins on trouve l’infirme et médisant poète Paul Scarron. Il est logé, rue des Douze Portes, avec sa jeune épouse Françoise d’Aubigné, future madame de Maintenon. Le couple y tient un salon littéraire fréquenté par la haute société.

A la fin de la visite, nous évoquerons l’affaire des Poisons qui s’éclate à l’apogée du règne de Louis XIV. La demeure de la plus célèbre empoisonneuse se trouve dans le Marais, rue Charles V. Il s’agît de la marquise de Brinvilliers. Elle appartenait à la haute société, mais termina sa vie sur l’échafaud,  place de Grève, en 1676.

 

– Huit siècles d'architecture

-->